Slobodan Milošević

Naissance : 20/08/1941 – Décès : 10/03/2006

Nationalité : Yougoslavie

Profession

Président de la Serbie de mai 1989 à octobre 2000 et de la République fédérale de Yougoslavie de juillet 1997 à octobre 2000.

Infractions et Crimes

Au cours de ses fonctions il est tenu responsable des Crimes de guerre, crimes contre l'humanité perpétré par l'armée serbes.. Symbole de ces crimes, le massacre de Srebrenica, survenu contre 6000 bosniaques en 1999, que Milosevic n'a néanmoins rien fait pour l'empêcher.

Mode Opératoire

Après avoir terminé ses études à la Faculté de droit de l'Université de Belgrade en 1964 il devient directeur de la banque de Belgrade jusqu'en 1983. L'année suivante il est nommé chef de la section de Belgrade du parti communiste. Sa carrière politique est assez rapide car en 1989 il est élu président de Serbie, notamment en redonnant vie sur la scène nationale au nationalisme. Il renforce ses pouvoirs en créant une nouvelle constitution, s'occupe d'effacer l'autonomisme du Kosovo que celui-ci avait acquis peu à peu et il est réélu en 1992. C'est cette même année que la dissolution de la république fédérale socialiste de Yougoslavie devait être effective, après la volonté de la Croatie et de la Slovénie de devenir indépendante. Néanmoins Milosevic tente de recréer une fédération (en supprimant toute référence au socialisme), la f république fédérale de Yougoslavie, que seul le Monténégro accepte de rejoindre. Milosevic décide alors de lancer deux offensives, en Croatie et en Bosnie pour agrandir ses frontières. Durant ces guerres, les troupes serbes commettent de dures exactions, dont le massacre de Srebenica est le symbole (plus de 6000 bosniaques massacrés. Les massacres au Kosovo (2000 morts, 300 000réfugiés) convainquent l'OTAN de réagir en mars 1999, notamment avec des bombardements intensifs. Milosevic accepte de retirer ses troupes, et la même année il est inculpé devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide, alors qu'en 2000 il est renversé de sa présidence. Alors que les états Unis demandent son extradition pour le juger il faudra 33 jours de combat (jusqu'au 1er avril 2001) à la police serbe pour l'arrêter, Milosevic s'étant retranché dans son Bunker avec ses gardes du corps.

Victimes

La guerre contre les croates et les bosniaques se solde par la mort de milliers de croates, bosniaques, kosovards et des centaines de milliers de réfugiés.

Peine

Son procès débute le 12 février 2002. Mais Milosevic meurt en centre de détention le 11 2006, avant la fin du procès. En février 2007, le TPIY jugea la Serbie non coupable de génocide, en expliquant notamment que le massacre de Srebenica n'avait pas été organisé par Milosevic bien qu'il était au courant des risques de massacres en Bosnie et n'avait rien fait pour les éviter.