Pedro Alonso Lopez

Naissance : 08/10/1948

Nationalité : Colombie

Profession

Sans profession.

Infractions et Crimes

Assassinat, viol.

Mode Opératoire

Pedro Alonso Lopez a tué jusqu’à trois fillettes par semaine. Sa « fête des massacres » est un rite caractéristique : après avoir assassiné ses victimes, il joue avec leur corps puis les démembre. Il ne tue jamais la nuit, il berce les fillettes et les rassure entouré des cadavres de ses précédentes victimes.

Victimes

On lui attribue cent-dix meurtres en Equateur, cent au Pérou et cent en Colombie. Ses victimes sont exclusivement des fillettes, âgées de moins de douze ans pour la plupart. En marge de ses crimes sexuels, il assassine trois des quatre détenus l’ayant violé en prison.

Peine

Il est incarcéré à l’âge de dix-huit ans pour vol de voiture. Après avoir été violé, il se venge en tuant trois des hommes l’ayant abusé. Les autorités colombiennes le condamnent à deux ans de prison, considérant son acte comme de la légitime défense. Après avoir été libéré en 1978, il se rend au Pérou et fait ses premières victimes. Il est séquestré par une tribu indigène et torturé. Relâché par la suite, Pedro Alonso Lopez perpétue librement ses crimes et est arrêté en Equateur en avril 1980. Selon plusieurs sources journalistiques, Pedro Alonso Lopez aurait été incarcéré jusqu’en 1994 avant d’être relâché, puis interné dans un centre psychiatrique à Bogota. Une version divergente soutient qu’il aurait purgé l’intégralité de sa peine en Equateur avant d’être relâché en 1998. Seule certitude, depuis qu’il a été libéré en 1998, les autorités ont perdu toute trace du monstre des Andes ; y compris Interpol qui a lancé un mandat d’arrêt international contre lui en 2002.