Mohammed Lahboubi

Naissance : 30/11/1952

Nationalité : France

Profession

Déménageur.

Infractions et Crimes

3 assassinats et 1 meurtre.

Mode Opératoire

En 1985 Mohamed Malaki, beau-père de Mohammed Lahboubi, est retrouvé mort dans un immeuble désaffecté. Deux ans plus tard ce sont les corps de Naïma Malaki et Abdellah Boudoukane, belle-sœur et beau-frère de Mohammed Lahboubi qui sont retrouvés sans vie sur un talus de chemin de fer, près de Bruxelles. Tous deux avaient la gorge tranchée. Enfin, en 1992, alors que la femme de Mohammed Lahboubi était introuvable, un corps était retrouvé dans la Meuse. Ce n'est que 7 ans plus tard que les enquêteurs établiront que ce corps était bien celui de Khadija Lahboubi. Mohammed Lahboubi avait organisé ses passages à l'acte. Pour cela, il avait prévu que les meurtres soient couverts par des règlements des compte entre trafiquants de drogue, précisant la présence de Mohamed Malaki au cœur des trafics. Pour ce faire, il avait été aidé par un membre des services de police qui était son ami. Hormis le nombre important de faux réalisés par ce policier, il a pu être constaté que c'est également lui qui avait précisé aux enquêteurs que le corps retrouvé dans la Meuse n'était pas celui de Khadija Lahboubi écartant ainsi tout rapprochement avec Mohammed Lahboubi. En outre, la mise en scène de Mohammed Lahboubi était telle que des lettres anonymes avaient été envoyées en guise d'appui pour la thèse du règlement de compte. Seulement l'identification du cadavre de Khadija Lahboubi relançait les recherches et permettait de faire tomber tous les alibis de Mohammed Lahboubi. Le procès débutait le 17 mars 2003 devant la Cour d'assises de Bruxelles.

Victimes

4 victimes.

Peine

Après 19 jours d'audience et 204 témoins, Mohamed Lahboubi était reconnu coupable des faits qui lui étaient reprochés et à ce titre il était condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.