Maurice Papon

Naissance : 03/09/1910 – Décès : 17/02/2007

Nationalité : France

Profession

Homme politique français

Infractions et Crimes

Complicité de crime contre l'humanité

Mode Opératoire

Après des études de droit et de lettres, le jeune Papon entra dans le cabinet de Jacques-Louis Dumesnil en 1931 alors que ce dernier était ministre de l'Air dans le gouvernement Laval. Après son service militaire (1932-33) il réussi le concours de rédacteur au ministère de l'Intérieur en 1935, et fut affecté à l'Administration départementale et communale à Paris. Durant la guerre il sert au sein de l'intendance puis se porte volontaire pour le Proche-Orient où il commande en mars 1940 le poste de Ras el Aïn. Il retourne en métropole en octobre 1940 et quand son ami Maurice Sabatier est nommé Secrétaire général pour l'Administration en février 1941 il en devient son directeur de cabinet. Un an plus tard il est nommé secrétaire général de la préfecture de la Gironde. C'est dans ce cadre que lui sera reproché, plus de 40 ans plus tard, d'avoir participé à l'arrestation et la déportation de juifs. Pourtant, à cette période, Maurice Papon était aussi connu pour être lié à certains réseaux de résistance et aider des juifs. Après la guerre il eut une carrière politique chargée. D'abord au ministère de l'intérieur, il fut ensuite préfet de Corse (1946-49) puis de Constantine (1949-51), secrétaire général de la Préfecture de Police (1951-1954), secrétaire général du protectorat du Maroc (1954-1955), préfet régional à Constantine (1956-1958), préfet de Police (1958-1967), député UDR du Cher en 1919, maire de Saint-Amand-Montrond (Cher) en mars 1971 et enfin Ministre du budget dans le troisième gouvernement de Raymond Barre. On peut d'ailleurs noter que c'est sous son mandat et sa responsabilité que la répression sanglante de 1961 et de 1962 eu lieu contre les manifestations algériennes. C'est également lui qui fut l'un des organisateurs de la répression contre le FLN durant la guerre d'Algérie. C'est finalement en 1981 que des pièces prouvant la participation de Maurice Papon à la déportation de juifs furent trouvées dans les archives départementales par un chercheur universitaire et révélées par le canard enchainé. Il est inculpé en 1983 pour crime contre l'humanité, mais son procès, aux termes d'une bataille juridique, ne débute qu'en 1997.

Victimes

C'est dans le cadre de son mandat de secrétaire général de la préfecture de la Gironde, que Papon a participé à l'arrestation et à la déportation, entre juillet 1942 et mai 1944, de près de 1.600 juifs de Bordeaux vers Drancy.

Peine

Maurice Papon était condamné, en 1998, pour complicité de crime contre l'humanité, à 10 ans de réclusion et à l'interdiction de ses droits civiques, civils et de famille. Mais la cour d'assises a estimé que Maurice Papon n'avait pas connaissance de l'extermination des juifs. En conséquence, il était acquitté pour toutes les charges de « complicité d'assassinat » et des « tentatives de complicité d'assassinat ». Il fut emprisonné à la prison de Fresnes après sa fuite en suisse, et en fut libéré le 18 septembre 2002 pour raisons de santé. Maurice Papon est mort le 17 février 2007.

Références

Livres : Michel Slitinsky, Procès Papon, le devoir de mémoire,Éditions de l'Aube, 1998 Gérard Boulanger, Maurice Papon, un technocrate français dans la collaboration, éd. du Seuil, 1994 Article : Guillaume Mouralis, Le procès Papon. Justice et temporalité, Terrain, no 38, mars 2002 voir Liens vidéos: Maurice Papon, itinéraire d'un homme d'ordre : Dailymotion 1 Dailymotion 2 Dailymotion 3 Dailymotion 4