Erzsébet Báthory

Naissance : 16/12/2018 – Décès : 16/12/2018

Nationalité : Hongrie

Profession

Comtesse hongroise de la famille du même nom.

Infractions et Crimes

Tortures - Meurtres

Mode Opératoire

Selon les historiens Erzsébet Báthory commença à tuer vers les années 1585. Ce furent d'abord des actes de violences et de torture sur des femmes de chambres et des jeunes domestiques, avec la complicité de quatre de ses serviteurs. Ces derniers raconteront des scènes de coups répétitifs, de brûlures ou morsures sur les domestiques qui n'avaient pas été irréprochables au travail. Puis devant la fuite de certaines de ces domestiques les coups se transformèrent en tortures suivies de la mort. Le sadisme de Erzsébet Báthory, alimenté par ses complices, se développa dans des crimes répétitifs. Ainsi la mort par dénutrition ou la mort de froid furent les morts les plus courantes, au milieu de crimes plus extravagants à l'aide d'instruments de torture. Les victimes furent en majorité des paysannes de la région attirées par des offres d'emploi et même certaines jeunes filles de la petite noblesse envoyées au château. Lors du procès, certains noms furent évoqués comme fournisseurs de jeunes victimes. Sans que cela fusse été confirmé, la légende veut que la comtesse se baignait dans le sang de ses victimes, pensant y retrouver de la jeunesse. Les historiens sont très sceptiques et rien ne confirme cette histoire, qui sera pourtant reprise dans de nombreuses œuvres de fiction. C'est en 1610 que l'empereur Matthias Ier du Saint-Empire chargea György Thurzó, prince de Hongrie, d'enquêter sur Erzsébet Báthory, suite aux révélations du pasteur luthérien István Magyari. C'est ainsi que les hommes de Thurzo découvrirent plusieurs dizaines de cadavres dans des pièces du château ou enterrés au cimetière et dans les alentours. Finalement seulement les quatre serviteurs complices de la comtesse (trois femmes et un homme) furent accusés. Trois furent condamnés à mort (dont deux jetés au feu vivants) et la quatrième à la prison à vie.

Victimes

Il n'existe aucun chiffre formel de ses crimes. Les témoignages oscillent entre 100 et 250 jeunes filles tuées.

Peine

Du fait de sa noblesse et de sa position dans la haute société Erzsébet Báthory ne pouvait être jugée pour ces faits, ce qui aurait fait un scandale. Elle fut condamnée à être murée vive dans ses appartements privés du petit château de Csejthe, où elle mourra le 21 août 1614.

Références

Le foklore transforma l'histoire en légende et nourrit de nombreux ouvrages et films dont on peut en citer quelques-uns : - Comtesse Dracula, de Peter Sasdy en 1970 - Bathory de Juraj Jakubisko, en 2008. - La Comtesse de Julie Delpy, en 2010 Elle apparaît également dans plusieurs bandes dessinées, comme celles de Pascal Croci. (Élizabeth Bathory, 2009) ou de Cédric Rassat et Emre Orhun ( Erzsebet, 2010).