Abdelkader Belliraj

Naissance : 30/11/1956

Nationalité : Maroc

Profession

Bandit, informateur, mercenaire et présumé terroriste islamiste.

Infractions et Crimes

Trafic d'armes - Falsification de documents - Présomption d'assassinats - Braquage - Blanchiment d'argent - Présomption de participation à un réseau terroriste

Mode Opératoire

Dans les années 1970, Abdelkader Belliraj côtoyait des militants islamistes proches de l'extrême gauche. Il aurait pris la voie du banditisme dans les années 1980. Son nom apparaissait à l'époque dans de nombreuses affaires en Belgique ou au Maroc, allant du trafic d'armes à la falsification de documents, en passant par les coups et blessures ou le détournement d'argent (comme le détournement de subsides du syndicat chrétien belge en destination de l'Irak et de la Libye en 1989). De même il confiait aux services secrets marocain lors d'un interrogatoire 2008 qu'il avait commis des assassinats à cette période, comme ceux de l'imam de Bruxelles Abdullah al-Ahdal en mars 1989 ou encore du président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique, le Dr. Joseph Wybran en octobre 1989. Il avouait que les six assassinats qu'il avait commis l'avaient été pour de l'argent. Néanmoins il est à noter que ces aveux avaient été recueillis sous la torture et que Abdelkader Belliraj les réfuterai par la suite. Il est néanmoins certain qu'Abdelkader Belliraj a participé au braquage de la Brink's à Kehlen (au Luxembourg) le 17 avril 2000, braquage de 17 millions d'euros. Seul le chef de la bande, Abdellatif Bekhti, fut arrêté. Il semble qu'Abdelkader Belliraj aurait ensuite blanchi l'argent du braquage dans l'immobilier. Il reste aujourd'hui de nombreuses zones d'ombre sur la véritable fonction d'Abdelkader Belliraj. Il semble très probable qu'il ait été un informateur, voire un agent de la sûreté de l'État belge à partir des années 1990, ce qui aurait grandement aidé son acquisition de la nationalité belge en 2000. Certains journalistes le décrivent lié à des groupes islamistes salafistes et à la CIA, le déclarant tour à tour agent double, voire triple de ces divers protagonistes. Le 18 février 2008 la police marocaine arrêtait Abdelkader Belliraj, soupçonné d'être à la tête d'un réseau terroriste lié à Al Qaida, et dont les principaux crimes étaient l'assassinat de 6 personnes en Belgique. Trente-quatre autres personnes étaient arrêtées. Si les autorités marocaines ont affirmé surveiller le réseau depuis plusieurs années et l'avoir démanteler au moment où la vie de nombreuses personnes était en danger, certains doutes subsistent sur l'affaire Belliraj. Certains dénoncent en effet la volonté du gouvernement marocain de prouver son efficacité dans la lutte anti-terroriste, au prix de grossir une affaire dont les preuves indiscutables semblent faire défaut (voir l'article de rue 891).

Victimes

6 victimes présumées.

Peine

Abdelkader Belliraj a été condamné en juin 2011 à la prison à perpétuité au Maroc.